Entrée principale
Ecole Normale Supérieure

 
(ENSup) de Bamako

HISTORIQUE


ENSup Logo
Auteur : Mamadou Souleymane SANGARE DER de Mathématiques

Avant l’indépendance du Mali en 1960, la quasi-totalité des cadres supérieurs étaient formés à l’extérieur. En 1960, 89,2% des enfants n’étaient pas scolarisés. L’enseignement primaire se terminait souvent après 2 ou 3 ans. En outre, l’enseignement ne tenait pas compte de l’éducation traditionnelle et était complètement inadapté au milieu.
C’est ainsi que le gouvernement malien, conscient de l’importance d’un enseignement moderne et adapté aux besoins du pays a, dès 1961, soumis une requête au PNUD et à l’UNESCO pour obtenir leur assistance en vue de la création d’une institution dont le rôle principal serait la formation de professeurs pour les écoles secondaires.

Le PNUD et l’UNESCO ont alors engagé des discussions préliminaires en janvier 1962, et avant la fin de l’année (avant le 17 septembre 1962 précisément) le Plan d’opérations (PO) était prêt pour la signature, mais il n’a été signé que le 17 octobre 1962.
De son côté, le Gouvernement malien a procédé en 1962 à une réforme complète du système d’éducation.
Par la Réforme promulguée le 17 septembre 1962, l’enseignement était organisé comme suit :

- Un enseignement fondamental de 9 ans, divisé en deux cycles de cinq et quatre ans (six et trois ans à partir de 1968).


- Un enseignement technique et professionnel élémentaire Un enseignement secondaire général et technique de trois ans, sanctionné par le baccalauréat


- Un enseignement normal :

  • pour la formation des maîtres du 1er cycle fondamental, de 2 ans après le DEF dans les Centres Pédagogiques Régionaux (ultérieurement remplacés par les Instituts Préparatoires à l’Enseignement Général ou IPEG)
  • pour la formation des maîtres du 2ème cycle dans les Écoles Normales Secondaires, de 2 ans après le DEF (après 1966 : 3 ans ; et à partir de 1970, une année supplémentaire de cours qui devait être effectuée à l’École Normale Supérieure) ;

- Un enseignement supérieur de 3 ans après le baccalauréat à l’École Normale Supérieure (depuis 1967 : 4 ans).

L’École Normale Supérieure a été solennellement inaugurée par le Président de la République du Mali le 11 novembre 1962, marquant ainsi le début des opérations du Projet.

Le Plan d’Opérations préparé par le PNUD et l’UNESCO avant la publication de la Réforme de 1962 s’appliquait à une École conçue selon le modèle des autres Écoles Normales Supérieures déjà créées en Afrique francophone, et prévoyait : - une section où la scolarité était de 3 ans pour la formation des professeurs du premier cycle de l’enseignement secondaire (qui correspond au second cycle du fondamental, version Réforme 1962); - une section où la scolarité était de 2 ans pour la formation des inspecteurs; - et un Institut pédagogique annexé à l’ENS devant s’occuper de la recherche pédagogique.
Bien que le P.O. prévoyait 2 sections et un Institut pédagogique, l’ENS ne comprenait qu’une section pour la formation des professeurs de l’enseignement secondaire. Cette section comprenait les 4 Options principales prévues au P.O., à savoir:

  • Français – histoire – géographie
  • Mathématiques – physique – chimie
  • Sciences physiques, chimiques – naturelles

Le P.O. a donc été revu en fonction de la Réforme de 1962. Ainsi la durée de la formation est passée de deux à trois ans (amendement n°1 en 1964, ajusté ensuite le 17 septembre 1965)
A la création de l’ENS 47 étudiants dont 13 guinéens avaient été admis en 1ère et 2ème années.
Après une mission d’évaluation en 1966, fut préparé l’amendement N°2, signé le 10 novembre 1967, qui prolongeait la durée de la formation à quatre ans. Cet amendement a été ajusté en avril 1968.
En 1969, le Projet a été de nouveau évalué, en vue d’étudier la possibilité d’introduire la recherche post-universitaire et la formation sur place des formateurs. L’amendement n°3 visait cet objectif. Il fut préparé en octobre 1969, mais ne fut signé que le 17 décembre 1971.

La durée des opérations était donc prolongée jusqu’au 31 août 1973, dans le but de procurer au gouvernement de la République du Mali une assistance supplémentaire destinée non seulement à assurer la formation des professeurs pour l’enseignement secondaire général et technique (lycées et Écoles normales secondaires) au sein de l’ENS, mais aussi à assurer la formation des professeurs de l’enseignement supérieur dans le Centre Pédagogique Supérieur (CPS) de l’ENS créé à cet effet.
Le Développement de l’École Normale Supérieure a été fonction de son installation.

A sa création en 1962, l’ENS était provisoirement installée dans les locaux de l’École des Travaux Publics (actuelle ENI –ABT), qui étaient nettement insuffisants.
Le gouvernement a dû à plusieurs reprises, mettre des locaux supplémentaires à la disposition de l’Ecole.

En 1967 le Gouvernement a attribué à l’ENS des locaux dans le nouveau lycée de Badalabougou construit avec l’aide du Fonds européen de développement.
En mars 1969, l’ENS a été transférée dans l’ancienne Ecole du Parti, un bâtiment moderne et très adéquat, construit avec l’aide de l’URSS, tandis que l’enseignement des sciences exactes et naturelles continuait à être dispensé au Lycée de Badalabougou.
 

A l’origine L’ENS de Bamako était destinée à répondre aux besoins des Républiques du Mali et de Guinée. Un accord dans ce sens entre les deux Républiques avait été signé le 8 juillet 1961. Mais à cause des changements fréquents dans les programmes qui ont accompagné le démarrage de l’École, le gouvernement guinéen a, au début de l’année 1963-1964, cessé d’y envoyer ses étudiants.
Déjà en 1970, l’ENS avait formé près de 70% des professeurs diplômés du Mali. Cependant, seulement un tiers des enseignants de l’ENS étaient des Maliens.

C’est ainsi que la mission PNUD/UNESCO (envoyée en 1969) recommanda la création et le développement au sein de l’ENS d’un Centre Pédagogique Supérieur destiné à former des docteurs en spécialité.
En 1970 le CPS ouvrit ses portes aux 14 premiers candidats admis dans 5 options en Mathématiques, Physique et Biologie.

En septembre 1971, 13 des 14 candidats ont obtenu le DEA et ont été admis à la recherche scientifique Le rôle de l’ENS, créée en 1962, devait être de doter le pays des professeurs dont il avait besoin.
Pour ce faire, l’ENS devait remplir à la fois les fonctions d’une faculté de lettres, d’une faculté de sciences et d’une faculté de pédagogie. L’esprit derrière les programmes était la recherche d’une équivalence de la licence française.

Quelques récommandations du PNUD et l'UNESCO (EN AOÛT 1973)
 

- Rendre plus actifs les Conseils existants en leur confiant des tâches précises et de plus grandes responsabilités (rationaliser les méthodes de travail).

- S’efforcer d’augmenter les fonds destinés à l’acquisition et à l’entretien de matériel didactique (la plus grande partie du budget annuel de l’ENS servant à couvrir les salaires, les frais d’encadrement des mémoires et des stages)

- Outre les problèmes d’organisation du processus de la formation, d’élaboration des programmes d’études, d’organisation des stages et mémoires et de la responsabilité de l’acquisition du matériel didactique, les DER devraient aussi être responsables de l’amélioration du niveau de leurs membres par l’organisation de séminaires scientifiques réguliers, la coordination et l’exercice continu sur la recherche scientifique individuelle.

- Les DER devraient apporter une aide importante à l’amélioration de l’enseignement dans les écoles secondaires


- Alléger les obligations des DER afin qu’ils puissent s’orienter d’avantage vers la recherche scientifique.


École Normale Supérieure dans le contexte de l’Université du Mali

- Ouverture de l’Université du Mali en 1996-97 : Conséquences pour l’Ecole Normale Supérieure: pas d’étudiants en première année, d’où nécessité de réorganisations structurelle, pédagogique, financière, relationnelle, institutionnelle.

- Organisation d’un Forum des Partenaires en vue de programmer et d’engager des actions à court terme et moyen termes dans le cadre des stratégies de développement de l’enseignement supérieur définies dans les textes de création et d’application des différents organes de l’Université du Mali.

Termes de réflexions du Document soumis au Forum:

- Contexte universitaire de l’enquête (ouverture récente des facultés et Instituts de l’Université)
- Rationalité justifiant la tenue d’un Forum des Partenaires de l’Ecole Normale Supérieure
- Échantillonnage de l’enquête
- Analyse et interprétation des résultats
- Les résultats (recommandations du Forum devaient orienter le prochain Conseil de Perfectionnement de l’ENSup)

Le Forum devait se prononcer sur:
        • Le positionnement ou repositionnement des Grandes Ecoles par rapport aux Facultés opérationnelles depuis 1996;
        • La nature et l’ampleur de la restructuration résultant dudit positionnement ou repositionnement;
        • La nature et le volume des ressources à mobiliser à court et moyen termes pour faire face aux exigences de la restructuration Les stratégies d’intégration et/ou d’harmonisation des objectifs et finalités des grandes Écoles avec celles des Facultés et Instituts;
        • Les relations institutionnelles devant exister entre les différentes structures de formation Supérieure d’une part, et entre ces structures et les autres Départements prestataires de services soucieux du bon développement du système éducatif malien.

Le souci de finalisation des orientations à envisager, l’urgence d’harmonisation et de renforcement des filières existantes ou à créer, le souci d’intégration régionale exigeaient une exploration rapide et une adoption objective à opérer.

    A NOTER QUE :

    Le logo Logo ENSup
    de l'ENSup est une création de M. Sidi Békaye SOKONA, Chef de DER Mathématiques jusqu'en 2013